JUSTICE ET SEXE: un blog dédié à la prévention, l'information juridique et judiciaire des activités et comportements sexuels ou liés à l'identité sexuelle réprimés.

Classer l'article dans : Blog
-

Pourquoi un blog dédié au rapport entre justice et sexe sur un site d'avocat?

Les gros titres, les scandales à répétition, les drames absolus que vivent des familles entières du fait de comportements sexuels d'individus isolés ou de groupes organisés de prédateurs sexuels, ou encore du fait des violences et crimes liés à l'identité sexuelle des personnes ne sont que la partie émergée d'une société malade de ses pertes de repères. Le mal est plus profond, plus ancré dans des habitudes de pensée, d'attitudes et de réactions.

Le sexe a été conçu comme une libération pour certain(e)s mais a abouti à un esclavage pour d'autres. Le sexe n'est plus sacré et cela aurait eu un côté positif s'il n'était devenu un marché lucratif pour ceux qui en jouissent dans le silence des victimes et l'aveuglement de ceux qui ne veulent pas voir les conséquences de leur posture. 

La libération des moeurs aurait dû s'accompagner d'une libération des tabous en matière d'éducation sexuelle pour bien accompagner les enfants, les adolescents et ces éternels adulescents qui ignorent qu'il faut une certaine maturité et compréhension de son corps pour autoriser qu'il soit consenti à l'exploration de sensations, de plaisirs ou simplement d'acceptation par un autre corps que le sien.

Les réseaux sociaux n'ont fait qu'accroitre les difficultés d'une société malade de ses plaisirs solitaires offerts au plus grand nombre par des médias vendeurs, sans beaucoup de filtres, sans filet, sans sécurité ni pour les victimes présentes ou futures, ni pour les auteurs d'infractions dont certains n'ont ni la conscience, ni la science de leurs activités interdites. Ils jouissent d'un instant, d'une autorité, d'une domination, d'une violence reléguant l'autre à l'état de marionnette sensible. Ainsi en est-il du pédophile, ainsi en est-il du violeur, ainsi en est-il du parent incestueux ou du guide spirituel dictant les comportements et les obligations sexuels des membres de sa communauté.   

Certes, les moeurs ont évolué et les tolérances d'hier sont aujourd'hui dénoncées comme intolérables. Les femmes persévèrent dans la conquête de leur juste place dans une société organisée par et pour des hommes depuis des siècles, appuyés par des organisations religieuses hiérarchisées ou structurantes d'où les femmes ont été reléguées au rôle de mineures perpétuelles ou de majeures vulnérables sous protection. Que dire des personnes ayant un handicap: mi mineures perpétuelles, mi majeures vulnérables, on leur a dénié une sexualité pour éviter la reproduction, le sensible pour écarter le physique. Enfin, la sexualité des seniors est une galaxie encore peu explorée, en EHPAD notamment, comme si le fait de vivre en "internat" supprimait tout élan amoureux, tout plaisir charnel et toute tentative de tendresse entre résidents et pourquoi pas, entre personnel aidant et résident. L'âge rendrait la sexualité "sale", non indispensable puisqu'improductive?

La sexualité est comme le sport ou la bonté: elle rend heureux quand on reçoit ET quand on donne dés lors qu'elle est consentie et respectueuse des corps et des esprits; elle donne, à certains, du sel à une vie pour laquelle, paradoxalement, le plaisir est une recherche d'ordre quasi-mystique et une promesse de jeunesse éternelle, y compris en fin de vie.  Tout est question de consentement. Notion primordiale, elle demande à être évaluée tant sur le plan juridique que sur le plan éthique, au cas par cas.

De ce fait, les seniors, les femmes, les personnes présentant un handicap sont, tout comme les enfants, à la recherche d'une protection de la Loi qui détermine les interdits et les conditions des consentements, tant au sein de la famille qu'en dehors de la famille. Aujourd'hui la Loi intervient mais elle est par essence générale tandis que les cas d'espèces supposent qu'un juge tranche les aspects de la vie intime des personnes parce que même cette activité doit être encadrée pour être licite.

Ainsi, la liberté sexuelle absolue n'existe pas. Il faut donc en connaitre les nuances, les limites, les étapes, les conditions, les risques, les aléas, les solutions, les interdits et les sanctions avec toutes leurs conséquences de droit mais aussi de vie. Par exemple: le fichage sur le FIJAIS pour des infractions sexuelles obére-t-il toute une vie alors que la détention de fichiers pédopornographiques pourrait être conçue comme une activité sans danger. Rien n'est plus faux. La bascule est rapide et les raisons objectives. La détention de tels fichiers et en grand nombre est une infraction sanctionnée sévèrement et à vie dans son suivi. La priorité est donnée à la prévention et à la protection de victimes potentielles nonobstant l'évolution des moeurs.

Il est désormais clair que le plaisir enfantin ne peut pas être confondu avec les émois d'un adulte, quelle que soit l'intellectualisation qui pourrait être tentée. Il est certain que la personne présentant un handicap ne perd pas pour autant les pulsions de vie et de tendresse que seule une personne amoureuse ou dévouée à cette activité pourra apporter; il est certain qu'un(e) senior(e), quel que soit son état de santé, peut être sensible au charme d'un alter ego ou d'une personne qui lui donne une attention soignée et vouloir l'exprimer charnellement; il est certain qu'une femme mariée peut refuser d'avoir fréquemment des relations sexuelles avec son mari même si un juge a pu dire le contraire dans un cas d'espèce; Il est indiscutable que la tradition ne peut justifier, dans l'Europe de la Convention Européenne des Droits de l'Homme, ni l'excision, ni le certificat de virginité pour la femme ou la jeune fille, voire l'enfant prépubère, ni le mariage forcé dont l'issue est un viol institutionnalisé.

Tous ces comportements liés au sexe ou à l'identité sexuelle sont encadrés et méritent qu'on en fasse le rappel pour prévenir, initier, informer voire traduire des auteurs de transgression face à leurs responsabilités soit en accompagnant leurs victimes, soit en leur proposant une voie de maturité sexuelle pour sortir de la violence faite à autrui, pour un plaisir non pas seulement interdit mais destructeur pour eux mêmes, les familles, les individus, la société entière.  

Le respect de l'identité sexuelle ou de la recherche de cette identité est la moindre des choses dans une société qui rejette les discriminations basées sur le sexe. Qu'en est il alors si le sexe psychique n'est pas le sexe biologique? Qu'en est il de la personne qui ne se sent pas sexuée? Doit on lui imposer un sexe et donc des relations qui sont orientées selon des choix qui ne sont pas les siens? Le sexe neutre existe-il?  Là encore, la Justice doit passer pour trancher la question d'une identité que le droit avait fixée. 


Dans une société dans laquelle le plaisir individuel est sacralisé, les personnes ne sont parfois que des ombres dédiées voire sacrifiées pour l'obtenir quelqu'en soient le coût et les moyens. Le nombre de féminicides en dit long sur  le sujet, de même que le rapt de mineurs ou le harcèlement sexuel de rue ou dans des lieux aussi différents que l'hôpital ou les lieux d'éducation. 

Il y a donc urgence à faire entrer le sacré dans les relations, même intimes, afin que puisse être évalués, préventivement, et par chacun, les comportements justement interdits et sanctionnés.


Ce blog a pour ambition d'y aider, de faire progresser cette idée qu'un individu responsable gagne en liberté ( y compris juridique)  et qualité relationnelle (y compris intime).   


L'avocate que je suis répondra aux questions posées ou répondra aux demandes d'interventions sans jugement tant sur le plan pénal que sur le plan administratif. En effet,  les autorités territoriales et les agents des 3 fonctions publiques sont de plus en plus concernés par ces problématiques délicates, éprouvantes et réprimées de façon particulièrement sévères depuis 2016.    


N'hésitez pas à me laisser des commentaires ou à utiliser le formulaire de contact 

Commentaires

Rédigez votre commentaire :

<% errorMessage %>
<% commentsCtrl.successMessage %>
<% commentsCtrl.errorMessage %>

Les réactions des internautes

a réagi le

<% comment.content %>

  • a réagi le

    <% subcomment.content %>

Répondre à ce fil de discussion
<% errorMessage %>
Aucun commentaire n'a été déposé, soyez le premier à commenter !